• Informatique et TIC

    par brm_admin

    MICROSOFT de nouveau devant la Commission européenne – 26/03/09

    Après les amendes record infligées par la Commission européenne en 2004, 2006 et 2008 pour abus de position dominante de la firme américaine sur le marché du système d’exploitation, MICROSOFT pensait en avoir fini avec l’organe de régulation de la concurrence basé à Bruxelles.

    La première plainte contre le géant américain déposée par la société SUN MICROSYSTEMS suivie par d’autres éditeurs de logiciels remonte ainsi à décembre 1998 et se fonde sur le manque d’interopérabilité avec les serveurs Windows.

    En effet, au regard de la position monopolistique de la société MICROSOFT dans ce domaine, les éditeurs de logiciels concurrents avaient les plus grandes difficultés à vendre leurs propres systèmes d’exploitation, faute de pouvoir développer des produits compatibles avec Windows.

    La seule solution était pour eux d’obtenir communication d’une partie du code source de la société MICROSOFT afin de proposer des produits équivalents au système d’exploitation Windows.

    La Commission européenne s’attaque aujourd’hui au navigateur Internet Explorer de MICROSOFT fourni avec Windows considérant cette pratique comme une vente liée, contraire au droit de la concurrence.

    La Commission estime ainsi que cette pratique anticoncurrentielle nuit à l’innovation dans le secteur informatique et est contraire au principe essentiel du choix qui doit être laissé au consommateur.

    Ce dernier ne peut, en effet, pas désinstaller Internet Explorer du logiciel Windows.

    Afin de remédier à cette situation, la Commission européenne s’est entourée de partisans du logiciel libre telle MOZILLA, développeur du navigateur concurrent Firefox.

    Une des solutions proposées consisterait à imposer à MICROSOFT d’équiper Windows avec les navigateurs internet les plus utilisés permettant ainsi aux utilisateurs d’exercer leur faculté de choix.